ACTUBLOG


 Matériaux:
https://www.permeaway.fr/










 ___________________________________________________________

 AIDES FINANCIERES A LA RENOVATION ENERGETIQUE
https://www.faire.fr/aides-de-financement/en-france

________________________________________________________


 Composés Organiques Volatiles  (COV)

Les substances ou groupes de substances concernés sont les suivants : formaldéhyde, acétaldéhyde, toluène, tetrachloroéthylène, xylène, triméthylbenzène, dichlorobenzène, éthylbenzène, butoxyéthanol, styrène, composés organiques volatils totaux (COVT). (source Légifrance)
A la demande des ministères de la santé et de l’environnement, l’Afsset a établi une liste de 165 COV susceptibles d’être émis par des matériaux de construction et de décoration et d’entraîner des effets sur la santé. L’agence a également présenté dans un communiqué du 29 octobre 2009 un protocole pour la qualification des émissions et l’identification des matériaux et produits faiblement émissifs.
La valeur des émissions est mesurée selon les normes : (source Véritas)
NF EN ISO 16000-9, 16000-10, 16000-6, 16000-3,16000-11.

 Au niveau Européen, le programme REACH prend en charge un certain contrôle : Lien

__________________________________________________________________

GUIDE de l'air intérieur : Téléchargement format .pdf   
Un seul mot d'ordre : 

"Ventilez " en ouvrant les fenêtres tous les jours quelques minutes...

______________________________________________________________


En laboratoire, en enceintes contrôlées, des plantes peuvent présenter une capacité à absorber certains polluants gazeux. Cette capacité peut être influencée par différents paramètres physiques et/ou biologiques. Dans les bâtiments, en conditions réelles d’exposition, l’efficacité d’épuration de l’air par les plantes seules est inférieure à l’effet du taux de renouvellement de l’air sur les concentrations de polluants. Autrement dit, l’aération et la ventilation restent bien plus efficaces que l’épuration par les plantes.
Par conséquent, l’ADEME considère que l’argument plantes dépolluantes n’est pas validé
scientifiquement au regard des niveaux de pollution généralement rencontrés dans les habitations et des nouvelles connaissances scientifiques dans le domaine.
En matière d’amélioration de la qualité de l’air intérieur, la priorité reste la prévention et la limitation des sources de pollution (entretenir les chauffe eaux et chaudières, réduire l’utilisation de produits chimiques ménagers,…) accompagnées d’une ventilation ou plus généralement d’une aération des locaux (entretien du système de ventilation, ne pas bloquer les orifices d’aération, ouvrir les fenêtres tous les jours quelques minutes,…).

___________________________________________________________

Néanmoins, si notre intérieur était une jungle domestique...  

AGLAONEMA :
48% du benzène
92% du toluène
    SINDAPSUS OU POTHOS (Lierre du Diable) :
    73% du benzène,
    75% du monoxyde de carbone 

     CHAMEDORA (Palmier d'appartement) :
    50% du formaldéhyde,
    18% du trichloréthylène

    CHLOROPHYTUM (commun) :
    86% du formaldéhyde,
    96% du monoxyde de carbone

    MINISCHEFFLERA :
    41 % du formaldéhyde

    SANSEVERIA (Langue de Belle-Mère) :
    53% du benzène,
    13% du Trichloréthylène

    LIERRE COMMUN :
    90% du benzène,
    11 % du trichloréthylène

    DRACEANA WAENECKII :
    70% du benzène, 
    50% du formaldéhyde, 
    24% du trichloréthylène

    PHILODENDRON :
     86% du formaldéhyde

    SPATHIPHYLLUM : 
    80% du benzène, 
    50% du formaldéhyde,
    50% du trichloréthylène

    DRACEANA MASSANGEANA :
    70% du formaldéhyde

    FICUS BENJAMINA : 
    47% du formaldéhyde

    ALOE VERA : 
     90% du formaldéhyde
     DRACEANA MARGINATA : 
    79% du benzène , 
    60% du formaldéhyde ,
    13% du trichloréthylène